Datas de reabertura – Covid-19

Dates de réouvertures – Covid-19

Lancement du magazine en ligne Visit Latin America

Depuis maintenant 5 ans, nous vous proposons dans notre magazine semestriel, Visit Latin America, des articles sur des thématiques variées afin de vous faire découvrir la beauté de notre continent.        Aujourd’hui, dans le très changeant contexte actuel,  nous avons décidé de lancer à l’intérieur de notre site internet visit-latin-america.comnotre nouvelle rubrique «News» .

Chaque semaine vous y retrouverez des informations, des articles et des interviews des principaux acteurs et spécialistes du tourisme en Amérique Latine. Visitez notre page: visit-latin-america.com et tenez-vous au courant avec nous en vous abonnant maintenant!

Latam rétablit ses vols entre l’Europe et L’Amérique Latine

16 juin 2020

Il annonce la cessation de LATAM Argentina, qui cessera d’exploiter douze destinations domestiques, tandis que les vols vers les États-Unis, le Brésil, le Chili et le Pérou seront repris par les autres filiales du groupe.

Depuis juin, LATAM Airlines rétablit certaines de ses liaisons entre l’Europe et l’Amérique latine. L’objectif est d’augmenter progressivement les opérations au cours des deux prochains mois.

Depuis le début du mois, LATAM a déjà repris les vols entre Francfort (Allemagne) et Sao Paulo (Brésil), avec une fréquence de deux fois par semaine. Depuis le 15 juin, des liaisons vers Sao Paulo au départ de Londres et de Madrid ont été ajoutées, également avec deux vols par semaine.

En juillet, la fréquence de toutes les liaisons européennes actives passera de deux à trois vols par semaine, y compris la liaison entre Lisbonne et Sao Paulo et la liaison entre Madrid et Santiago du Chili, qui sera réactivée dans la seconde quinzaine de juillet.

Les vols internationaux LATAM à destination et en provenance de Sao Paulo ont une liaison avec Santiago du Chili à partir de juin, avec Montevideo à partir de juillet. Les passagers peuvent ainsi accéder au réseau domestique au Chili et au Brésil.

L’entreprise prévoit d’atteindre 18% de sa capacité en juillet, atteignant 13 destinations internationales en Europe, au Brésil, au Chili et en Équateur. Les vols qui seront opérationnels au cours de ces deux mois seront soumis aux restrictions de voyage qui s’appliquent dans les destinations.

LATAM Airlines Argentina cesse ses opérations

LATAM Airlines Argentina cessera d’exploiter douze destinations intérieures tandis que les quatre destinations internationales de la filiale aux États-Unis, au Brésil, au Chili et au Pérou continueront d’être exploitées par les autres filiales du groupe LATAM une fois les restrictions imposées par les autorités du dans le cadre de l’urgence sanitaire.

La source;

https://puntomice.com/latam-retoma-operaciones-entre-europa-y-latinoamerica/

«Touriste Protégé», Le Nouveau Label De Sécurité Sanitaire Brésilien Vient D’etre Créé

Le ministère du Tourisme brésilien certifiera désormais, les établissements qui mettent en œuvre les bonnes pratiques en matière de biosécurité.

Tout en rétablissant progressivement son activité touristique après la reprise des vols intérieurs (et malgré la forte augmentation des cas de coronavirus), le Brésil a développé un LABEL DE BIOSECURITE afin de rassurer ses visiteurs. Le label de  «sécurité touristique» sera délivrée aux établissements qui mettront  en œuvre et certifieront les bonnes pratiques définies par le Gouvernement et par le Ministère du Tourisme (MTur).

Dans le cadre de la Journée nationale du tourisme,  célébrée au Brésil le vendredi 8 mai dernier, le Ministère du Tourisme du pays a annoncé le lancement du label “Tourisme protégé”, première étape du programme qui créera des protocoles de sécurité sanitaire et définira les bonnes pratiques pour chaque segment du secteur.

Le Ministère a annoncé que  le programme veut certifier les activités qui garantissent la conformité, les exigences d’hygiène et d’entretien contre le  COVID-19. En principe, 16 protocoles de bonnes pratiques sont envisagés. Ils seront classés selon les spécificités et  en fonction de l’activité : hébergements, agences de voyages, location de voitures, transports, parcs à thème, espaces de divertissement et  guides touristiques.

Ils ont annoncé que le guide par catégories sera publié dans les prochains jours.

Le label “Tourisme protégé” délivré par le Brésil certifiera les établissements qui respecteront les normes  de biosécurité du secteur.

La création du label de bonnes pratiques liées à la biosécurité, est la première étape du plan de relance du tourisme brésilien.

En coordination avec le MTur, cette étape cherche à réduire l’impact de la pandémie et à préparer le secteur à un retour progressif à ses activités.

Le Label «Safe Tourist» fera partie du Registre des Prestataires de Services Touristiques (Cadastur).

Cela signifiera que les entreprises de tourisme  devront connaître et appliquer  les normes de biosécurité et aussi, conseiller leurs passagers afin qu’ils respectent également.

Ce label certifiera que les règles de base de la prévention contre le virus,  y compris le contrôle quotidien de la température,  de la toux ou de toute difficulté respiratoire, seront respectées selon les directives du Ministère de la Santé.

“Cette politique du Ministère du Tourisme est en accord avec les bonnes pratiques établies au niveau mondial et constitue  l’ensemble d’actions que le Ministère souhaite mettre en place afin d’être préparés à la reprise de l’activité touristique à travers le pays”, a déclaré le ministre, Marcelo Álvaro Antônio.

Et il a rajouté: “Nous cherchons à garantir que le visiteurs soient satisfaits et leurs expectatives remplies.”

Il est à noter que le Brésil a déjà entamé une ouverture progressive de sa structure touristique, et ce, malgré le fait que les cas de covid-19 augmentent et se multiplient sur son territoire. Le Brésil est actuellement l’un des pays les plus touchés de la planète, accumulant à ce jour plus de 199.000  patients infectés et plus de 23.000 décédés.

La source:

https://www.hosteltur.com/lat/136612_turista-protegido-el-nuevo-sello-brasileno-de-seguridad-sanitaria.html 

Protocoles de santé et de sécurité dans la région

Alors que le WTTC (World Travel Tourism Council) publie les directives mondiales pour rouvrir le tourisme et rétablir la confiance des consommateurs, nous avons mis en place une équipe qui aura comme fonction spéciale de transcrire et faire appliquer les nouvelles normes opérationnelles de santé et de sécurité exigées par nos différents pays.

Pour demander une copie de ces normes et informations, veuillez nous contacter à info@quimbaya-tours.com

Jusqu’à présent, les gouvernements de la Colombie, du Pérou et du Costa Rica ont publié ces protocoles et ils sont aussi à votre disposition.

Protocoles à Carthagène, Colombie: Téléchargez ici.

Protocoles au Pérou: Téléchargez ici.

Les Sources:

https://wttc.org/News-Article/WTTC-unveils-Safe-Travels-new-global-protocols-to-restart-the-Travel-Tourism-sector

 

Comment Le Panama A Pris Tant De Place Dans Son Cœur

Rencontre avec Claudia Terrade, CEO de Quimbaya Latin America

Claudia, vous avez choisi de vous confiner chez vous à Panama City. Vous nous avez confié y avoir trouvé un refuge, une sécurité mais aussi un « coup de cœur » où il y fait bon vivre, mais aussi aller à la rencontre de populations attachantes. Parlez-nous de votre Panama ! (Hug Magazine)

En dehors des clichés, LE PANAMA est un petit pays par sa taille mais GRAND par les apports qu’il a fait au continent américain et au monde entier.

Son histoire millénaire a changé le visage du monde et pas qu’un peu.

Les Amériques ne seraient pas aujourd’hui unies si la terre panaméenne n’avait pas tremblé il y a des millions d’années.

L’Isthme de Panama est né et avec lui des changements climatiques qui ont eu des répercussions sur d’autres continents et donné lieu à des échanges extraordinaires entre êtres vivants qui n’étaient pas appelés à se rencontrer.

La biodiversité et le multiculturalisme unique du Panama étaient nés !

L’histoire panaméenne récente est aussi à souligner. Et oui, tant mieux si les panaméens n’ont pas vécu certaines sombres pages de l’histoire de son actuel voisin et tant mieux aussi si le Panama a construit son canal avec l’aide des américains.

On peut être pour ou contre mais on ne peut pas nier que le CANAL DE PANAMA, joue un rôle très important dans la vie de la nation panaméenne et de tous les panaméens. Source de revenus et surtout, grande fierté, ce canal est un outil que beaucoup de pays aimeraient avoir.

Beaucoup de choses doivent encore évoluer certes mais, le Panama est un pays où il fait bon vivre et très agréable à visiter : sa biodiversité unique et luxuriante est composée de milliers d’espèces de plantes et d’animaux rares mais surtout, accessibles même en pleine ville dans un écosystème qui a résisté à toutes les agressions de la vie moderne.

Dans Panama City, les architectes se sont fait plaisir et ont construit des gratte ciels et des buildings tout près de la vie sauvage. Bon ou mauvais, cela est l’histoire du pays et aujourd’hui, la vie moderne cohabite avec cette nature luxuriante et aussi avec le superbe quartier colonial appelé le CASCO VIEJO où des immeubles de l’époque coloniale sont superbement bien restaurés depuis plusieurs années.

Une vraie citadelle où il fait bon se balader et un endroit privilégié d’où l’on peut voir la plus belle vue de la ville moderne et ses buildings imposants, de la superbe baie de Panama City et sa « Cinta Costera » ainsi que des plus beaux immeubles coloniaux restaurés.

Comme la biodiversité, les différentes populations panaméennes vivent en bonne harmonie et même s’il faut encore beaucoup pour que la société soit plus équilibrée, certains disent déjà que le Panama sera le pays le plus riche d’Amérique Latine en 2021.

Dans la crise actuelle, le PANAMA a mis en place des mesures très strictes qui donnent des bons résultats. Le pays apprend à ses citoyens et aux entreprises à pratiquer des normes sanitaires obligatoires.

QUIMBAYA LATIN AMERICA au Panama a fixé le cap et nous attendrons le temps qu’il faudra ! Nous continuerons à soutenir la communauté EMBERA à renforcer sa culture et ses traditions ; nous continuerons à travailler contre la plastique et pour le respect de la nature et la propreté dans les espaces publics.

Nous allons renforcer les points clés du changement que nous nous sommes fixés depuis quelques années. Cela se traduit également dans nos offres de voyages.

Nos DEPARTS GARANTIS 2021 sur nos 11 DESTINATIONS D’AMERIQUE LATINE sont prêts et disponibles pour les professionnels du tourisme : en petits groupes, plein de nouveautés !

Claudia Terrade – CEO QUIMBAYA LATIN AMERICA

Panama City le 16/05/2020

Pour plus d’informations, contactez-nous: info@quimbaya-tours.com

La source: Hug Magazine

Recette de Empanadas argentines

Plat traditionnel argentin, les empanadas sont des petits chaussons, ici fourrés de viande, de pommes de terre et d’oeufs durs, servis avec une sauce à la tomate fraîche épicée.

DESCRIPTIF DE LA RECETTE

1. POUR LA PÂTE

Préchauffer le four à 180 °C (th. 6).

Dans une casserole, faire chauffer l’eau et dissoudre le gros sel dedans, puis retirer du feu et laisser refroidir.

Dans le bol d’un robot muni d’un crochet, disposer la farine, le saindoux et l’eau salée. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Former ensuite un boudin de pâte, couvrir de papier film et laisser reposer au réfrigérateur pendant au moins 30 min.

A la sortie du réfrigérateur, tailler 20 petites portions de pâte et les abaisser pour former des disques de 10 cm de diamètre environ. Les couvrir jusqu’à utilisation avec un torchon légèrement humide pour que la pâte ne sèche pas.

2. POUR LA FARCE

Éplucher et ciseler l’oignon. Émincer la cive.

Éplucher les pommes de terre et les couper en dés de 5 mm d’épaisseur. Les rincer et les placer dans une casserole avec de l’eau froide salée (10 g de gros sel/litre). Les laisser cuire pendant 3 min après ébullition, puis les égoutter immédiatement et les rincer à l’eau froide pour stopper la cuisson. Les pommes de terre doivent être cuites mais fermes.

Placer les oeufs dans une grande quantité d’eau bouillante et les cuire pendant 9 min. Les plonger ensuite dans l’eau froide pour stopper la cuisson. Les laisser refroidir, puis les écaler et les tailler en petits dés.

Dans une poêle chaude, faire revenir l’oignon avec le saindoux et une pincée de sel. Incorporer ensuite la viande et les épices. Lorsque la viande est cuite, retirer du feu, assaisonner et ajouter les pommes de terre, la cive et les oeufs. La préparation doit rester légèrement juteuse.

3. POUR LE MONTAGE

Placer un peu de farce au centre de chaque disque de pâte. Mouiller légèrement l’intérieur du disque avec de l’eau, puis plier le disque en 2 et pincer le bord de l’empanada pour la fermer hermétiquement. Placer sur une plaque huilée et enfourner durant 5 à 10 min.

4. POUR LA SAUCE

Peler et épépiner les tomates, puis les couper en petits dés. Couper le piment en 2, retirer les graines et l’émincer. Ciseler les oignons nouveaux.
Placer tous les ingrédients dans un bol avec un peu de sel et de l’huile d’olive, puis mélanger.

5. LE DRESSAGE

Les empanadas se dégustent chaudes accompagnées de sauce à la tomate épicée.
Servir sur un grand plat au centre de la table.

L’important est de résister, se réorganiser et réfléchir à l’après-crise..

Rédigé par La Rédaction le Lundi 27 Avril 2020

L’interview de Claudia Terrade, CEO de Quimbaya Latin America

Présents dans 11 pays d’Amérique Latine, Quimbaya Latin America affronte la crise liée à l’épidémie de coronavirus. Après les rapatriements, les équipes du DMC gèrent les reports et les annulations en négociant quand il le faut au cas par cas avec les partenaires. Pour Claudia Terrade, CEO, l’important est de résister, se réorganiser et réfléchir à l’après-crise.

Claudia Terrade : “Nous nous sommes donc organisés, pays par pays et au cas par cas, en utilisant les outils que chaque pays met à disposition des entreprises” – Photo Quimbaya

TourMaG.com – Quel est l’impact de la crise liée à l’épidémie de coronavirus pour Quimbaya Latin America ?

Claudia Terrade : Comme pour l’ensemble des acteurs du tourisme, notre activité de DMC a été complètement bouleversée depuis le début de la crise.

Cela a commencé en janvier avec le marché chinois, où nous sommes présents depuis plusieurs années avec de très bon résultats. La saison venait tout juste de commencer et elle s’est brutalement arrêtée.

Ensuite cela a été le tour du marché italien qui est notre deuxième marché après le marché français, puis, ce dernier et tous les autres marchés ont suivi.

En quelques jours, au fur et à mesure que les frontières se fermaient et que tous les pays ordonnaient le confinement obligatoire, nous avons vu baisser notre chiffre d’affaires de 35% pour l’année 2020, et nous savons que cela ne va pas s’arrêter là.

Nous nous préparons à vivre des temps difficiles, mais surtout nous voulons faire en sorte que cette crise soit une source d’inspiration et de changement pour nous adapter au tourisme du futur.

“Nous devons compter partout, sur nos propres moyens et nos propres idées”

TourMaG.com – Comment votre entreprise s’est-elle organisée (chômage partiel, télétravail…) sur les différentes destinations sachant que tous les gouvernements ne proposent pas le même type d’aides ?

Claudia Terrade : Effectivement, sur nos 11 destinations, il n’y en a pas 2 qui aient les mêmes règles et les mêmes lois, mais il y a tout de même quelques points communs : toutes nos équipes dans tous les pays sont en télétravail depuis la mi-mars et surtout, nous devons compter partout, sur nos propres moyens et nos propres idées pour faire face à la crise.

Nous nous sommes donc organisés, pays par pays et au cas par cas, en utilisant les outils que chaque pays met à disposition des entreprises.

TourMaG.com – Comment avez-vous géré les rapatriements et désormais comment gérez-vous les reports ou annulations ? Avez-vous mis en place des souplesses commerciales ?

Claudia Terrade : Entre janvier et la mi-mars, nous avons reçu environ 6 500 passagers sur l’ensemble de nos destinations. Mis à part quelques cas compliqués au Pérou et au Costa Rica, tous nos passagers sont rentrés chez eux.

Nos équipes ont travaillé jour et nuit en étroite collaboration avec nos clients professionnels pour modifier les itinéraires et les vols de retour.

Encore une fois, nous avons travaillé au cas par cas afin de trouver les solutions adéquates à chacun. Aux rapatriements ont suivi la gestion des annulations et les reports.

C’est un travail délicat car tous nos fournisseurs n’ont pas la même vision, ni les mêmes moyens. Ils traversent les mêmes difficultés que nous tous, mais nous arrivons toujours à obtenir les meilleures solutions en nous adaptant aux besoins de chacun.

Nous devons négocier en permanence afin de trouver les meilleurs accords, nos équipes sont habituées.

“Nous sommes devenus en quelque sorte des banques”

TourMaG.com – Que pensez-vous de l’ordonnances sur l’à-valoir ?

Claudia Terrade : C’est une bonne solution pour le voyageur européen, toutefois, il est difficile de le faire appliquer dans tous les pays et par tous les fournisseurs de manière homogène. Chaque pays et chaque entreprise définit sa propre politique et œuvre en fonction de ses intérêts et de ses possibilités.

La négociation fait partie de notre ADN. Nous faisons le maximum pour trouver un terrain d’entente entre les besoins de nos clients et ceux de nos fournisseurs. C’est compliqué à gérer, mais nous espérons que cela va fonctionner.

TourMaG.com – Comment se déroulent vos relations avec les agences et TO, êtes-vous en attente de paiement ? Quid de la trésorerie ? Plusieurs professionnels du tourisme appellent à revoir le modèle et les flux financiers, qu’en pensez-vous ?

Claudia Terrade : En général, nous demandons à nos clients de payer nos factures avant l’arrivée des passagers à destination mais, le crédit à 7, 10, 15, et jusqu’à 45 jours après le départ des voyageurs est une condition pour travailler avec certains.

En temps normal, avec un volume d’achats important et à condition que les dates de paiement soient respectées, cela peut fonctionner mais ce système a déjà montré ses défaillances.

L’année dernière avec la faillite de Thomas Cook, nous avons été nombreux à en être victimes. En ce moment, les paiements tardent à arriver.

C’est injuste et cela nous pénalise énormément. Nous sommes devenus en quelque sorte, des banques, et cela se prête même à des abus. Après cette crise, ce modèle ne devrait plus fonctionner.

Ce n’est pas un système de fonctionnement sain et il cache souvent des problèmes graves de gestion. Pour garantir notre durabilité, nous devrons être encore plus stricts et rigoureux dans la gestion de notre trésorerie.

“Le paysage touristique du futur devra être sans aucun doute différent”

TourMaG.com – Quand et comment voyez-vous la sortie de cette crise ?

Claudia Terrade : Il est impossible de prédire quand et comment nous sortirons de cette crise. Nous ne savons pas non plus quand les voyages à l’étranger vont reprendre.

Que la sortie de crise soit dans quelques mois ou dans un an, ce qui est important pour le moment est de résister, de se réorganiser et de réfléchir à l’après-crise.

TourMaG.com – Y aura-t-il un avant et un après coronavirus ?

Claudia Terrade : Oui, je le pense et je l’espère. Chaque entreprise vit cette crise de manière différente en fonction de beaucoup de facteurs, mais c’est tellement difficile à vivre que les « survivants » ne pourront plus faire exactement comme « avant ».

TourMaG.com – Comment voyez-vous évoluer le paysage touristique et les attentes des clients dans le futur ?

Claudia Terrade : Même si à ce jour, les reports des voyages annulés sont à l’identique, il y aura des changements. Nous devrons nous adapter à la législation et aux mesures que les pays sont en train de mettre en place.

Les attentes des clients vont aussi changer et nous, nous devrons être prêts à répondre à ces nouvelles attentes.

La sécurité et la santé de nos passagers deviendront une priorité et pour les garantir, nous devrons plus que jamais respecter l’environnement et ne sélectionner que les fournisseurs qui auront cette même préoccupation.

Le paysage touristique du futur devra être sans aucun doute, différent.

Source:

https://www.tourmag.com/Paiement-apres-depart-Apres-cette-crise-ce-modele-ne-devrait-plus-fonctionner_a103391.html